Memories

Quand on s'endormira, il fera jour. quand la nuit tombera, nous serons déjà loin.le vent souffle. les jeunes aux yeux vermillon se sont arrêté. ils regardent le ciel avec angoisse..
Criblés de malheurs,leurs rétines portent les marques de la douleur en spectacle. Sur le boulevard des espoirs sales.
" Appelle moi fille du vent, par ce que la routine endommage, par ce que la vie est mouvement et que j’veux lui rendre hommage ! "

" Appelle moi fille du vent, par ce que la routine endommage, par ce que la vie est mouvement et que j’veux lui rendre hommage ! "

aller hop on coupe !

Keupon.

Keupon.

"tu te souviens des reves qu’on avait tous ? Toi, moi, et les autres ? "

"oui, je me souviens bien.. On voulait être libres. Et changer le monde, du moins les choses, un peu.."

"oui. Et ben, regarde maintenant. On est sur un chemin inverse. On voulait la liberté. Et maintenant on est prisonniers de cette dépendance. On a pas changé le monde. On a détruit le notre."

Cat love.

Cat love.

J’sais que t’es la pas loin. J’sais que ton regard est la. J’sais que tu y penses. Et t’sais, je suis pas loin, moi non plus. Mon regard dans l’vide, qui cherche le tiens, tu vois. Puis t’sais, j’y pense aussi. Moins souvent qu’avant, mais t’es encore la. Toujours la. Depuis longtemps. J’sais qu’on s’est raté souvent, qu’on se ratera encore surement. Mais ca changera pas, la nostalgie qu’est la. T’sais, cest con quand meme , de se rater autant. Par ce que j’sais que t’es dans mon ombre, et que je suis dans la tienne. Cest le manque surement.

Aller un peu de bonheur putain ! Danser jusqu’à pas d’heure encore cette nuit, et tous les jours a venir. 
Pisser derrière des bagnoles en chantant, danser la tête dans les caissons, penser a toi tout de même, toujours pour changer, boire de la bière, parler aux artistes de rue, rire, sourire.. 
Des moments de bonheur comme c’est pas permis.

Aller un peu de bonheur putain ! Danser jusqu’à pas d’heure encore cette nuit, et tous les jours a venir.
Pisser derrière des bagnoles en chantant, danser la tête dans les caissons, penser a toi tout de même, toujours pour changer, boire de la bière, parler aux artistes de rue, rire, sourire..
Des moments de bonheur comme c’est pas permis.

Monter sur scene avec les WAMPAS. Faire des pogos, danser comme des dingues avec des pintes..
Moi je dis oui. Oui a la musique, oui aux trances qu’elle procure, oui aux bleus sur les jambes, par ce que ca en vaut la peine. Toute la semaine a venir , place de la république. Ou comment aimer la vie avant le départ.

On pense a rien, on danse.

Paris International Festival Of Psychedelic Music , a la machine du moulin rouge.
Ou comment danser a en chialer de courbatures, fermer les yeux et voir le monde différemment.

Paris International Festival Of Psychedelic Music , a la machine du moulin rouge.
Ou comment danser a en chialer de courbatures, fermer les yeux et voir le monde différemment.

" humanité droguée, contre une vie illusoire"

Des yeux pour voir, des yeux pour comprendre, des yeux pour les tiens. Des yeux par ce que c’est la lucidité des choses, qu’on ne trompe pas un regard. Des yeux hauts en couleurs.

Des yeux pour voir, des yeux pour comprendre, des yeux pour les tiens. Des yeux par ce que c’est la lucidité des choses, qu’on ne trompe pas un regard. Des yeux hauts en couleurs.